C’est elle qui remplit d’espoir
Les promenades les salons de thé
C’est elle qui raconte l’histoire
Quand elle ne l’a pas inventée
C’est la parlote, la parlote

C’est elle qui sort toutes les nuits
Et ne s’apaise qu’au petit jour
Pour s'éveiller après l’amour
Pour entre deux amants éblouis
La parlote, la parlote

C’est là qu’on dit qu’on a dit oui
C’est là qu’on dit qu’on a dit non
C’est le support de l’assurance
Et le premier apéritif de France
La parlote, la parlote
La parlote, la parlote

Marchant sur la pointe des lèvres
Moitié fakir et moitié vandale
D’un faussaire elle fait un orfèvre
D’un fifrelin elle fait un scandale
La parlote, la parlote

C’est elle qui attire la candeur
Dans les filets d’une promenade
Mais c’est par elle que l’amour en fleurs
Souvent se meurt dans les salades
La parlote, la parlote

Par elle j’ai changé le monde
J’ai même fait battre tambour
Pour charger une Pompadour
Pas même belle pas même blonde
La parlote, la parlote
La parlote, la parlote

C’est au bistrot qu’elle rend ses sentences
Et nous rassure en nous assurant
Que ceux qu’on aime n’ont pas eu de chance
Que ceux qu’on n’aime pas en on tellement
La parlote, la parlote
La parlote, la parlote

Si c’est elle qui sèche les yeux
Si c’est elle qui sèche les pleurs
C’est elle qui désèche les vieux
C’est elle qui désèche les cœurs
Gna gna gna gna
Gna gna gna gna

C’est elle qui vraiment s’installe
Quand on n’a plus rien à se dire
C’est l'épitaphe c’est la pierre tombale
Des amours qu’on a laissé mourir
La parlote, la parlote
La parlote, la parlote